Vendredi portrait : le soldat qui a vu un armurier sourire à la réintégration des armes

Dans notre rubrique “Vendredi portrait”, nous tentons chaque semaine de vous faire découvrir une personne peu connue mais essentielle à la bonne marche de nos armées ou sortant du lot. Pour cette semaine, nous avons rencontré Steven B., soldat au 5ème Régiment de Dragons qui assure avoir vu l’armurier en charge de la réintégration des armes après un exercice, sourire et être de bonne humeur.

Caporal Stratégique : Nous avons entendu parler de cet événement exceptionnel. Comment cela s’est passé ?

Steven B. : Nous étions comme d’habitude en train de faire la queue par grade pour rendre nos armes. Cela avançait assez vite, il n’y a que 4 caporaux et sergents qui ont signé dans la mauvaise case pour rendre le matériel. J’ai donné le numéro de mon arme et c’est là où j’ai vu l’armurier me sourire et me dire merci en reprenant mon HK. Je me suis retourné et j’ai vu dans les yeux de celui qui me suivait qu’il avait également vu la même chose.

Caporal Stratégique : Vous êtes sûr qu’il se sentait bien, ou que c’était bien l’armurier habituel ?

Steven B. : C’est bien lui, toujours ronchons quand on rend les armes car il va devoir faire la vérification. C’est un armurier. Je lui ai même dit “Bonne journée” et il a répondu, “A vous aussi. Bon repos”. Un léger sentiment de panique a commencé à parcourir les rangs parmi ceux qui finissaient de déposer les armes. On a beau faire des entraînements et des OPEX, nous ne sommes pas préparés à cela.

Caporal Stratégique : Comment vous sentez vous depuis cet événement ?

Steven B. : On se dit que tout est possible. Certains pensent qu’en allant à la Base de Défense où nous faisons la paperasse, on pourra y trouver du monde après 15h30. Cela donne des faux espoirs. On sent les attentes des hommes du rang qui pensent que lors du prochain exercice, tous les blindés démarrent sans même sortir une insulte. J’ai peur que cette vague d’optimisme insensée soit déçue.

, ,

Mise en place pour les officiers de la carte de fidélité pour obtenir la Légion d’Honneur

C’est un geste de transparence de la part de la Chancellerie de la Légion d’Honneur pour permettre aux officiers, en particulier les “directs” [sortant de l’école d’officiers principale] de connaitre leur avancement vers l’obtention de la Légion d’Honneur une fois au grade de colonel. Cet petite carton de format carte bleue sera distribué à la fin de chaque promotion pour permettre le suivi RH.

Chaque année lors des notations, l’officier devra présenter cette carte à la fin de l’entretien pour faire tamponner une case de plus. Au bout d’un certain nombre d’années, la Légion d’Honneur est ainsi remis automatiquement si aucune bêtise n’entache le parcours du soldat.

“Cette carte permet d’être plus transparent pour la remise automatique de la Légion d’Honneur à l’obtention du grade de Colonel. On ne doute pas qu’il y a quelques tentatives de fraudes avec des tampons de kebabs ou sushis mais on arrive presque à tous les détecter.”

Gilbert A. – Conseiller de l’ordre de la Légion d’honneur

Pour continuer avec la transparence demandée, les strates supérieures fournissent les indications pour éviter de rater un coup de tampon. L’armée sera intraitable entre autres sur les points suivants :

  • Déplaire à un général de passage
  • Faire une bourde lors d’un passage télé
  • Condamner trop de soldats devant l’être mettant à mal la RH

La perte de matériels couteux ou une mauvaise gestion de projets nationale n’ont pas été mises dans la liste des points importants.

,

Affaires sensibles sur France Inter – Fabrice Drouelle raconte la recherche du mug perdu de l’adjudant-chef de l’atelier maintenance

La célèbre émission de France Inter sur les affaires qui ont marqué leurs temps s’intéresse cette semaine au quotidien des militaires. Après investigation des équipes de la radio publique, il semble que l’affaire qui ait le plus marqué le 501ème Régiment de Chars de Combat cette dernière année est un moment dont vive toutes les unités mécanisés.

C’est ainsi que la couverture de l’émission du jour sera sur la perte du mug favori de l’adjudant-chef des ateliers début mars 2022. Cet épisode à mobilisé l’ensemble du personnel technique de l’unité pour chercher où pouvait se trouver le contenant si cher au responsable d’atelier.

“Nous avons hésité à faire une émission dessus mais on nous a racontés comment l’adjudant-chef a passé une semaine à chercher et à accuser toute la caserne. Cela fait partie du quotidien de nos armées. Le suspense est d’autant plus présent que le mug était au dernier étage de son armoire.”

Fabrice Drouelle – France Inter – France 2 – Théâtre Tristan Bernard – Edition Robert Laffon – Vos soirées en famille s’il y a un excellent plat de lasagne

La seconde partie de l’émission sera une interview du lieutenant en charge de l’unité qui, malgré le dénouement heureux de cet épisode, ne comprend toujours pas comment on n’enseigne pas en école d’officier à gérer un événement apparemment si grave pour les équipes.

, ,

Partager un saladier de frites entre 3 enfants, la difficile épreuve finale des négociateurs du GIGN

A la recherche de l’excellence ultime, le Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) nous a permis d’observer une des plus difficiles épreuves mise en place pour valider les formations de ses négociateurs. Après des semaines de cours et d’entrainement, l’épreuve finale décontenance les stagiaires les plus entrainés.

Après une course sur un kilomètre en tenue de ville, ils sont envoyés dans une maison typique des banlieues pavillonnaires. Étonné de rentrer dans un salon où sont assis 3 frères et sœurs, le mis à l’épreuve reçoit l’ordre que le diner doit se finir sans heurts. C’est à ce moment-là que rentre le capitaine-instructeur avec un grand saladier de frites chaud qui est placé au milieu de la table.

“L’épreuve peut sembler difficile seulement au début. Que tout est joué une fois le premier accord de partage trouvé avec les enfants. Nous rajoutons pour cela une longue frite de 15,7cm au fond du bol pour relancer les hostilités.”

Maréchal des logis-chef Ludovic C. – Formateur au sein du GIGN

Les cris, pleurs et arrachages de vêtements de la fratrie dont font face les négociateurs les mettent au bout de leurs nerfs et beaucoup brisent la première des règle, garder son sang-froid. C’est toujours un moment difficile pour les instructeurs de devoir arrêter la carrière d’un gendarme, retrouvé accroupi et se balançant dans un coin d’une pièce remplie de frites collées aux murs.

,

L’Organisation Internationale du Travail autorise à poser des congés pendant les opérations sur le front

C’est une avancée sociale importante pour les armées du monde entier qui vient d’être voté au sein de l’Organisation Internationale du Travail (IOT) basée à Genève aujourd’hui. Depuis aujourd’hui, l’IOT indique que les militaires peuvent poser leurs jours de congés en toutes circonstances même durant les opérations extérieures (OPEX).

Il n’est plus impossible désormais pour les militaires sur le terrain de pouvoir faire une pause pour visiter les sites touristiques les plus proches de sa base d’opérations ou d’aller au si typique village traversé il y a 300km où la pudeur des habitants cachaient la joie de voir passer les visiteurs armés.

“Si ça devient la règle, il est évident qu’il faut l’appliquer. Par chance, on doit passer par le réseau Intradef pour les poser. Déjà que l’on n’arrive pas à l’avoir correctement en état-major sur les théâtres d’opérations, on devrait être tranquille pour les soldats en base avancée sur le terrain.”

Capitaine Jean M. – Officier gentil quand il est de bonne humeur

Néanmoins, la spécificité du travail militaire est prise en compte et l’IOT recommande à ce que ces congés soient posés avec un minimum de 4 jours de préavis. Ceci afin de “ne pas déconvenir à la planification des opérations”.

, ,

Pour concurrencer la Patrouille de France, la Marine effectuera des figures avec ses sous-marins en plongée

Toujours à la pointe du recrutement, la Marine Nationale innove tous les jours pour attirer les jeunes talents dans ses rangs. C’est aujourd’hui une nouvelle étape qui vient d’être franchie avec la création des “Poséidons”, pendant maritime de la “Patrouille de France” de l’Armée de l’Air.

Les équipes du Casabianca, de l’Émeraude et de l’Améthyste s’entrainent désormais régulièrement pour créer des figures et formations à 100m de profondeur sous la mer. Des craintes ont surgi lors des formations serrées mais pour l’instant, aucune erreur constatée de la part de ces monstres de technologies.

“On a tenté aussi d’avoir des fumigènes pour essayer d’être plus visible mais la préfecture maritime a déclenché les secours pensant que nous étions en détresse. Par contre, aucune erreur dans les couleurs de notre côté.”

Capitaine de vaisseau Luc G. – Commandant de l’Emeraude

Une certaine déception se lit néanmoins dans les yeux des spectateurs depuis le quai. Ces derniers contemplant juste une mer à la surface calme. Quelques oreilles d’or ont bien mis des micros pour faire écouter les manœuvres mais leur enthousiasme à se rendre compte que les sous-marins sont si silencieux ne semblent pas atteindre le public.

, , , ,

14 Juillet – Les militaires se rendent compte qu’ils ont eu un jour férié en moins

C’est un réveil difficile en ce vendredi 15 juillet pour les militaires des différentes armées qui prennent soudain conscience qu’ils ont travaillé durant un jour férié. Assez étonnamment, la foule nombreuse et présente pour assister aux cérémonies n’a pas mis la puce à l’oreille du personnel des armées défilant ce jour-là.

“Devoir se lever et mettre les tenues de cérémonie pour défiler quel que soit le temps, on accepte car c’est jour de fête. Mais devoir subir Candice Parise envoyé au casse-pipe par le parolier de Daniel Guichard, ça a du mal à passer.”

Major Slotan F. – Pionnier de la Légion Etrangère

Les différentes cérémonies telles que le 8 Mai ou le 11 Novembre est habituellement l’occasion d’envoyer les seconde classe, sergent et sous-lieutenant pour armer ces événements. Le 14 Juillet entrainant des défilés dans toutes les villes où se trouve une garnison militaire, les forces en présence se retrouvent bien plus nombreuses à devoir travailler oubliant de ce fait que c’est un jour férié.

, , ,

Préparez-vous pour le bingo du 14 Juillet 2022

Pour le défilé du 14 Juillet 2022, un panel d’experts et de moins expert vous permettront de suivre avec des commentaires bien moins sérieux mais tout aussi intéressant la parade militaire. Tout cela aura lieu dans un Twitter Space qui sera actif à partir de 10h.

Le tout sous la houlette d’Alexandre Jubelin, producteur du Collimateur, le podcast de l’IRSEM consacré à la Défense et aux conflits armés. Agrégé-docteur en histoire de la faculté des lettres de la Sorbonne. C’est dire tout le sérieux du personnage.

Vous pouvez télécharger le bingo pour l’imprimer chez vous et jouer avec nous. Une dernière ligne est consacrée aux intervenants qui se relaieront durant tout le défilé pour vous faire vivre autrement ce moment.

, , , ,

Ayant des difficultés à faire des choix dans la vie, il rejoint finalement l’ALAT

C’est un choix qui n’en est peut-être pas un pour le capitaine Jacques C. quand, comme toujours dans sa vie, il est pris d’hésitation. Tiraillé entre un amour pour se coucher dans la terre au fond du talweg et une passion pour les aéronefs, il choisit de rejoindre l’Aviation Légère de l’Armée de Terre.

Depuis, heureux de cet entre-deux, il réconcilie dans son métier toutes ces années de vacillements dans ses choix. Ses anniversaires où il prenait un gâteau chocolat et une tarte aux fruits ou lorsqu’il mélangeait du pop-corn sucré et salé quand il se rendait au cinéma sont désormais que de mauvais souvenir.

“On voit bien que j’ai toujours eu du mal à choisir. Je me retrouve désormais à ce que l’on m’ordonne d’aller me cacher derrière des arbres et ensuite, on me dit de contacter la tour de contrôle quand je m’approche de l’aéroport.”

Capitaine Jacques C. – 1er Régiment d’Hélicoptère de Combat

Malgré les moqueries ou mises à l’écart, il se rassure qu’il soit plus facile pour lui d’expliquer son métier là où ses collègues Marines américains peuvent être pilote d’avions et subissent des moqueries constantes telles que “Eh l’avion, tu t’es trompé dans ton camouflage” et autre “Attention, les soldats passagers ont pris le contrôle de l’appareil”.

, ,

Congrès entre les troupes de marine et les aviateurs pour arrêter les moqueries sur le calot

Du 14 au 20 août se tiendra à Lyon un rassemblement entre les unités des troupes de marine de l’armée de terre et l’ensemble de l’armée de l’air excepté les fusillés commando pour tenter de réhabiliter leur couvre-chef auprès du public.

Le but principal sera de trouver un moyen de communiquer auprès du grand public mais aussi des nouveaux arrivants pour mettre à l’honneur ce couvre-chef qui était généralisé dans l’ensemble de l’armée française avant la Seconde Guerre mondiale.

“Dans notre malheur, on s’en sort bien. Nous avons tous une pensée pour nos collègues étrangers en particulier hollandais qui sont surnommé les ‘koe kut’ que l’on ne traduira pas par respect pour l’intimité des vaches.”

Mathieu M. – aviateur sur la B.A. 942 Lyon-Mont Verdun

A noter que l’ensemble des personnes présentes ont proposé aux matelots de se joindre à eux mais au vu du nombre de touché de pompons échangés contre un baiser, l’offre a été refusé malgré ce chapeau si populaire sur les nourrissons au début du XXème siècle.

, ,