Terrible échec de l’expérimentation des sourciers pour la détection de mines au 3e Régiment de Génie

À la demande de la population locale, le 3e Régiment de Génie de Charleville-Mézières a accepté d’expérimenter les sourciers ardennais pour ses missions. L’évaluation choisie pour vérifier le bon fonctionnement de ces méthodes originales a été la détection des mines, un des rôles d’importances dévolues à cette unité plus que bicentenaire.

Bien que des précautions aient été prises en utilisant des mines sans leur détonateur installé, aucun des sourciers n’a réussi à détecter grâce à ses reconnaissables bâtons. L’ensemble des pièges qui se trouvaient en forêt ont été découverts quand le baguettisant a marché dessus.

“Les sourciers demandent à ce que l’on mette des mines actives car ils détecteront mieux l’ ‘énergie’ des explosifs. Ils sont en train de se battre au commandement entre le juridique qui a sorti des décharges de responsabilité pour rire et le service médical qui refuse de participer aux nouveaux essais.”

Capitaine Baptiste C. – Commandant de la compagnie d’appui

Tout à la rigueur militaire, le lieutenant en charge de l’évaluation de l’expérimentation a indiqué que selon les calculs, au vu du nombre de sourciers présent dans le département des Ardennes, seule une surface de cinq hectares pourrait être nettoyée avec la méthode par déclenchement du pied qui résulte de l’étude.

, ,

L’armée donne ses radars pour recyclage en plaque à induction géante lors des camps scouts

Dans le cadre de la participation aux actions écologiques, l’arme d’artillerie de l’Armée de Terre a trouvé un accord avec le mouvement de scoutisme français. Les radars seront désormais cédés pour recyclage en plaque chauffante tout terrain lors des sorties, randonnées et camps d’été.

Après un petit temps d’adaptation où les scouts découvrent les paramètres d’utilisation du radar en compagnie des opérateurs militaires, ces derniers sont disposés dans les locaux des jeunes, prêts à les accompagner lors des randonnées sur les chemins escarpés des montages.

“On a bricolé une petite dérivation depuis la barrière électrique du champ à côté. Quand on met les gamelles pour un camp de 30 scouts, les pâtes sont prêtes et chauffées en 18 secondes.”

Stéphanie “loutre bricoleuse” G. – Scout XVème Paris

À noter que suite aux lectures de manuels et bricolages par les différentes équipes scoutes, l’Armée de Terre a récupéré 2 des radars pour les remettre en service avec une capacité qui s’avère être plus importante que le successeur de la machine offerte.

, ,

Des fouilles à Pompéi révèlent les premiers exemplaires des véhicules blindés utilisés actuellement par l’armée française

Matériel connu des soldats dans les armées françaises de tout âge, le Véhicule de l’Avant Blindé (VAB) révèle être encore plus ancestral que ne pensaient ses utilisateurs. Les dernières fouilles près d’un temple dédié à Mars, le dieu de la guerre, aux abords de Pompéi, ont mis à jour des restants d’un VAB offert par des peuples du sud de la France à Rome.

Le véhicule conservé en bon état devait servir de totem de recrutement près d’un temple local. Les archéologues ont tenté de le démarrer mais plusieurs parchemins ont montré que les pièces manquantes pour le moteur étaient disponibles la semaine prochaine systématiquement.

“C’est toujours des découvertes une fouille mais les tags -Clodomir [fils de Clovis] a mis ses fesses ici- dans un des VAB utilisé au 3ème Régiment de hussards à Metz nous montraient déjà que l’on avait ses véhicules sur le territoire dès le VIeme siècle”

Jean-Christophe PIOT – @Padre_pio – auteur, journaliste, historien des religions romaines

À noter que des recherches semblaient rapporter que le véhicule ne pouvait plus être utilisé, dû à un décurion qui aurait bloqué le blindé en voulant le préparer pour une mission Sentinelle. Mission qui consistait déjà à l’époque en une patrouille qui aurait attendu en dehors des jeux de cirques locaux pour indiquer les latrines aux spectateurs.

, ,

Vendredi portrait : Chasseur de béretiers, animal dont la peau est utilisé pour fabriquer les bérets militaires

Dans notre rubrique “Vendredi portrait”, nous tentons chaque semaine de vous faire découvrir une personne peu connue mais essentielle à la bonne marche de nos armées ou sortant du lot. Pour cette semaine, nous avons rencontré Jacques R., chasseur spécialisé dans le béretier, l’animal dont la peau est tannée pour fabriquer les bérets militaires français traditionnels.

Caporal Stratégique : Merci de nous accueillir pour la découverte de ce métier peu connu et pourtant essentiel à la tenue des armées. Pratiquez-vous cela depuis longtemps ?

Jacques R. : C’était une activité familiale ancienne provenant de mes origines savoyardes où nous chassions le béretiers pour fournir les chasseurs alpins durant le XIXe siècle. Depuis la généralisation de cette coiffe après la Seconde Guerre mondiale, c’est devenu un travail à plein temps voire une industrie dans tout le sud de la France.

Caporal Stratégique : Est-ce un animal difficile à débusquer ?

Jacques R. : Si les militaires ont choisi cet animal pour leur chapeau, ce n’est pas un hasard. La bête vit dans des conditions rudes, grogne tout le temps et sait se camoufler, même s’il devient bruyant dès qu’il croise des amis. C’est à ce moment qu’il est toujours repéré. Il y a bien eu des tentatives d’élevages mais à l’image des porteurs finals, il y avait besoin de grandes quantités de bières pour le maintenir en vie mais posait des soucis ensuite pour sa reproduction.

Caporal Stratégique : Est-ce une même espèce qui est teinte pour les couleurs de bérets ou est-ce une histoire de robe de l’animal ?

Jacques R. : Il y a plusieurs espèces selon les régions, principalement bleu foncé pour l’espère dominante, on peut en trouver des bruns pour la variété béretiers hussarde, verts pour les espèces étrangères. Par contre, pour le bleu roi de l’ALAT, il provient des jerseys des cyclistes que l’on touche par erreur.

, ,

Recrutements de Sergent Hapiness Manager pour sourire pendant les pompes de punitions

Toujours à la pointe tant organisationnelle que matérielle, le 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1e RPIMa) lance le recrutement de Sergent Hapiness Manager. Extrêmement exigent sur l’engagement, l’unité d’élite de l’Armée de Terre désire fidéliser les personnes sélectionnées.

Désormais, lors des exercices pénibles, mise en forme et autres entrainements offrant au 1er RPIMa la possibilité de montrer son excellence, des sous-officiers seront présents avec les instructeurs pour rappeler qu’il est nécessaire de sourire et être heureux pendant l’épreuve.

“Les armées aussi ne peuvent plus être indifférentes au bien-être de son personnel. C’est pour cela qu’il est important d’avoir un sous-officier supplémentaire permettant de leur rappeler de sourire alors qu’ils font les pompes de ‘remise en forme’ pour être arrivé en retard au point d’extraction à l’exercice.”

Sergent Marjorie L.N. — Hapiness Manager 1er RPIMa

Nous avons déjà depuis quelque temps des techniques pour améliorer le confort de nos soldats et faciliter leurs sommeils en toutes circonstances. Nous leur permettons maintenant d’être en joie de manière continue. Quoi de mieux qu’un assaut de forces spéciales souriants qui vous surprend au milieu de la nuit sur votre campement avant de tout dévaster en quittant les lieux ?

, , , ,

Pour faire des économies d’essence, les chars Leclerc seront poussés à la main au parking

L’ensemble des forces armées dont l’Armée de Terre est consciente chaque jour de son impact écologique et cherche tous les jours à être plus économe. Ceci permettant de faire des économies tout autant que de préserver un peu plus la planète.

C’est ainsi qu’il a été décidé au sein du 501e Régiment de Chars de Combat d’effectuer les dernières manœuvres pour permettre le stationnement et l’alignement final des véhicules. Ces 10 minutes d’attente et de manœuvre permettront d’économiser 33L de carburant.

“On voit bien que ça fait toujours économiser quelques kilos de carburant mais surtout, on voit enfin la possibilité à toutes les personnes qui font le SNU d’être utile à quelque chose.”

Nabil L. – Commandant 3ème escadron – 501 RCC

La recherche d’économie est toujours en cours par le ministère, que ce soit par l’installation de panneau photovoltaïque sur les grandes étendus des bases aériennes ou l’identification des bureaux d’état-major permettant a équiper d’éoliennes afin de récupérer le brassage d’air effectué dans ces locaux.

, ,

Hués au Hellfest, ce groupe de métal se recycle dans les mauvaises BO de vidéos d’infanterie

Les conflits armés contemporains n’échappent étonnement pas à la mode de partage des vidéos pris sur le vif. Là où on pense que le secret des opérations limiterait cette nouvelle habitude, c’est au contraire un foisonnement de vidéos montrant une réalité de la ligne de combat. C’est également une source importante d’informations pour les chercheurs et analystes de la chose militaire.

C’est aussi en voyant ces vidéos que le groupe “Fucker of Metal Head Fucking” a décidé après une mauvaise réception de son concert sur une des scènes du Hellfest de participer à l’emballage musical de ces partages. Se contentant d’être saoul, il lance se lance dans une composition en live des morceaux pour permettre à l’ensemble des infanteries du monde entier de pouvoir habiller leurs vidéos d’une bande son immonde.

“On voit bien que l’on n’a pas le niveau pour faire de la bonne musique, alors on boit trop et mange de la nourriture qui nous rend malade pour être dans les mêmes conditions de travail que notre nouveau public, l’infanterie.”

Destructor Martichon – Chanteur des Fucker of Metal Head Fucking

C’est un gain de temps important pour le groupe qui n’a plus besoin de réfléchir lors de la composition de ses musiques. Juste saturer la bande son sur plusieurs heures permet de couvrir des heures de combats filmés. Il y a néanmoins un besoin d’écrire un peu de composition quand il s’agit d’illustrer les vidéos d’artillerie. “On nous a dit que c’était quand même des sensibles, alors on fait un peu plus attention à eux” nous a confié un membre du groupe.

, , ,

Vendredi portrait : le soldat qui a vu un armurier sourire à la réintégration des armes

Dans notre rubrique “Vendredi portrait”, nous tentons chaque semaine de vous faire découvrir une personne peu connue mais essentielle à la bonne marche de nos armées ou sortant du lot. Pour cette semaine, nous avons rencontré Steven B., soldat au 5ème Régiment de Dragons qui assure avoir vu l’armurier en charge de la réintégration des armes après un exercice, sourire et être de bonne humeur.

Caporal Stratégique : Nous avons entendu parler de cet événement exceptionnel. Comment cela s’est passé ?

Steven B. : Nous étions comme d’habitude en train de faire la queue par grade pour rendre nos armes. Cela avançait assez vite, il n’y a que 4 caporaux et sergents qui ont signé dans la mauvaise case pour rendre le matériel. J’ai donné le numéro de mon arme et c’est là où j’ai vu l’armurier me sourire et me dire merci en reprenant mon HK. Je me suis retourné et j’ai vu dans les yeux de celui qui me suivait qu’il avait également vu la même chose.

Caporal Stratégique : Vous êtes sûr qu’il se sentait bien, ou que c’était bien l’armurier habituel ?

Steven B. : C’est bien lui, toujours ronchons quand on rend les armes car il va devoir faire la vérification. C’est un armurier. Je lui ai même dit “Bonne journée” et il a répondu, “A vous aussi. Bon repos”. Un léger sentiment de panique a commencé à parcourir les rangs parmi ceux qui finissaient de déposer les armes. On a beau faire des entraînements et des OPEX, nous ne sommes pas préparés à cela.

Caporal Stratégique : Comment vous sentez vous depuis cet événement ?

Steven B. : On se dit que tout est possible. Certains pensent qu’en allant à la Base de Défense où nous faisons la paperasse, on pourra y trouver du monde après 15h30. Cela donne des faux espoirs. On sent les attentes des hommes du rang qui pensent que lors du prochain exercice, tous les blindés démarrent sans même sortir une insulte. J’ai peur que cette vague d’optimisme insensée soit déçue.

, ,

14 Juillet – Les militaires se rendent compte qu’ils ont eu un jour férié en moins

C’est un réveil difficile en ce vendredi 15 juillet pour les militaires des différentes armées qui prennent soudain conscience qu’ils ont travaillé durant un jour férié. Assez étonnamment, la foule nombreuse et présente pour assister aux cérémonies n’a pas mis la puce à l’oreille du personnel des armées défilant ce jour-là.

“Devoir se lever et mettre les tenues de cérémonie pour défiler quel que soit le temps, on accepte car c’est jour de fête. Mais devoir subir Candice Parise envoyé au casse-pipe par le parolier de Daniel Guichard, ça a du mal à passer.”

Major Slotan F. – Pionnier de la Légion Etrangère

Les différentes cérémonies telles que le 8 Mai ou le 11 Novembre est habituellement l’occasion d’envoyer les seconde classe, sergent et sous-lieutenant pour armer ces événements. Le 14 Juillet entrainant des défilés dans toutes les villes où se trouve une garnison militaire, les forces en présence se retrouvent bien plus nombreuses à devoir travailler oubliant de ce fait que c’est un jour férié.

, , ,

Préparez-vous pour le bingo du 14 Juillet 2022

Pour le défilé du 14 Juillet 2022, un panel d’experts et de moins expert vous permettront de suivre avec des commentaires bien moins sérieux mais tout aussi intéressant la parade militaire. Tout cela aura lieu dans un Twitter Space qui sera actif à partir de 10h.

Le tout sous la houlette d’Alexandre Jubelin, producteur du Collimateur, le podcast de l’IRSEM consacré à la Défense et aux conflits armés. Agrégé-docteur en histoire de la faculté des lettres de la Sorbonne. C’est dire tout le sérieux du personnage.

Vous pouvez télécharger le bingo pour l’imprimer chez vous et jouer avec nous. Une dernière ligne est consacrée aux intervenants qui se relaieront durant tout le défilé pour vous faire vivre autrement ce moment.

, , , ,