Halloween à l’école des commissaires – Il se déguise en note de frais OPEX validé sans pleurs et avec un seul justificatif

Habituellement fait dans un esprit festif et léger, le déguisement d’un élève commissaire a cette année fait quelques vagues parmi les professeurs et élèves les plus traditionnels. C’est ainsi que, déguisé sous la forme d’une note de frais faite en OPEX, validé avec le minimum de justificatif et ne contenant aucune larme de personnel opérationnel qu’il s’est présenté à la fête.

L’œil et l’esprit de l’ensemble du personnel à Salon-De-Provence, exercé à demandé un justificatif pour un jouet McDonald’s à 0€ dans un menu enfant ou s’il était nécessaire d’avoir un bus avec des sièges pour l’ensemble des soldats lors d’un déplacement, n’a pas manqué de remarquer l’ensemble des détails manquants sur ce provocateur déguisement.

“Les personnels en OPEX doivent aussi comprendre que l’on ne peut pas faire n’importe quoi avec l’argent public. Seules sont validées d’office les notes de frais lors des soirées de représentation, en boîte de nuit, du commissaire d’un détachement et de ceux qui l’accompagnent.”

Gilles De R. de G. de la P. du D. – Commissaire général Directeur de l’Ecole

Nous n’en doutons pas que ce genre de débat subversif permettra de faire avancer les mentalités et faire comprendre qu’aucune personne sur terre n’a fait l’achat de repas sans facture de TVA, pour 1.2€ en Afghanistan en étant au milieu des engueulades de chefs locaux tout en profitant de la vue des opiomanes mourant de l’autre côté de la rue, pour le plaisir.

,

Les moyens de la DGSE détournés pour découvrir les coins à champignons dans le monde

Initialement discret, un scandale prend de l’ampleur en provenance de la DGSE. Plusieurs membres de la Direction du Renseignement et de la Direction Technique ont mis ensemble leurs compétences pour cibler les meilleurs coins à champignons sur les différents territoires où se porte l’attention du service de renseignement extérieur.

Cette activité, découverte quand plusieurs agents, bien qu’interpellés près de sites de lancements de missiles nucléaires ou de camps d’entraînement de milices, ont avoué le but premier de leur présence. Les forces de sécurité ennemies n’ont pu que se plier à l’évidence une fois les paniers en osiers et les couteaux à champignons se sont révélés normaux.

“L’opération a réussi en particulier grâce à l’agent qui s’est fait une légende de commercial chez Ricard pouvant obtenir des prix sur les bouteilles. Ça a tellement bien marché qu’il va réutiliser cette couverture pour sa prochaine infiltration auprès de Daech.”

Bernard Emié – Directeur Général de la Sécurité Extérieure

La gêne est palpable à la Caserne Hubert Bonisseur De La Bath d’autant que le service de sécurité interne a remarqué qu’aucun des champignons rapportés n’a été partagé avec l’ensemble des autres services dans la nouvelle cantine. Un camouflet pour la direction qui désirait tant mettre en avant le travail interdirection.

,

Recherchant un fromager, des militaires français piégés par leur géolocalisation lors d’un exercice à l’étranger

Le futur camouflage français

Depuis de nombreuses années, les grands exercices militaires de l’armée française tentent de simuler l’ensemble du spectre des combats modernes. Allié comme ennemi du soldat, le smartphone aura encore une fois piégé son porteur par manque d’attention lors d’un entraînement international.

C’est ainsi que nous apprenons que lors d’un échange en Roumanie, une patrouille a dévoilé sa position puis celle d’une batterie d’artillerie qu’elle a rejointe par la suite, en ayant laissé la géolocalisation allumée. Celle-ci s’est efforcé depuis plusieurs jours via Google Maps de dénicher une fromagerie dans la campagne roumaine.

“On a tenté de trouver un fromager car si on en rapportait, les artilleurs nous promettaient en échange de nous inviter à manger avec eux pour leur premier et deuxième déjeuner de la journée.”

Karim S. – Caporal-chef au 35 Régiment d’Infanterie

Embarrassé par cette expérience, l’Etat-Major français de l’exercice est tiraillé entre la punition pour la patrouille et leur demander de fournir l’adresse du bon fromager.

, ,

Volant trop près du sol, les pilotes de l’ALAT obligés désormais de passer le permis B

Devant déjà effectuer un long parcours de formation, les officiers pilotes du 3e Régiment d’Hélicoptères de Combat devront à partir de 2023 valider également le permis B au vu du type de conduite réalisé par cette unité. Cet apprentissage s’avère nécessaire par la présence des appareils souvent à quelques dizaines de centimètres du bitume.

Les pilotes devront connaître les règles de circulations dans une voie aérienne RTBA tout comme celles des priorités sur la route (avec ou sans missile antichar). Pour les plus assidus, il a été demandé de retirer la combinaison de vol s’ils désirent suivre des cours supplémentaires dans les centres d’examen du code.

“Ça reste moins compliqué qu’un hélico mais il faut faire des aménagements dans le code. Est-ce que c’est les rotors ou la cabine qui fait foi pour s’arrêter devant le sas vélo ? Rien n’est précisé.”

Mathieu F. – Pilote au 3e régiment d’hélicoptères de combat

La circulation se fera en s’assurant la sécurité de tous les usagers de la route. Les mécaniciens dans les régiments sont d’ailleurs affairés ces prochaines semaines à installer les clignotants. En attendant leur présence sur l’ensemble de la flotte, les pilotes feront signe du bras à travers le cockpit pour indiquer les changements de direction.

, , ,

Respect – Le nouveau film français d’Olivier Nakache où un St-Cyrien apprends à un 1e classe à manger proprement

Après les différents débats sur le cinéma français et ses moribondes entrées, un des futurs espoirs repose sur le prochain film d’Olivier Nakache. Tablant sur l’originalité, le concept d’une personne bien installée aidant un pauvre mais dans le milieu militaire n’ayant jamais été encore exploité.

Pierre Niney a été choisi pour le rôle du lieutenant ouvrant son cœur pour le manant soldat du rang, entre autres pour sa coiffure correspondant au standard des St-Cyriens. Le rôle du nécessiteux n’a pas été arrêté mais selon la production, il y a toujours une possibilité de prendre un des techniciens sur le plateau.

“On reproche souvent au cinéma français d’être hautain. Par ce film, nous avons pris tous les points de vue pour écrire le scénario, que ce soit de généraux ou de lieutenants de St Cyr.”

Régis C. – Producteur du cinéma français

Au vu de toutes les subventions du CNC (Centre National du Cinéma) pour payer la production et les acteurs, un grand film ne peut qu’en sortir. Seule inquiétude, nous avons appris que le scénariste sera lui rémunéré avec les restants du budget culture du Ministère des Armées.

,

Mauvais dans sa spécialité, l’unité s’en débarrasse en le faisant devenir instructeur

C’est une étrange tradition de la part des commandements d’unités dans depuis de nombreuses années que celle d’écarter les mauvais éléments en les envoyant devenir instructeur en école. Cette habitude partagée parmi les armes permet, grâce à une dithyrambique appréciation, de faire muter hors de l’opérationnel les éléments posant problème.

Aussi étrange que cela paraisse, les élèves en spécialités se retrouvent à côtoyer les volontaires pour transmettre le meilleur de leurs connaissances et comparer ainsi avec les pires membres de leurs spécialités. Peut-être un but de ces mutations ?

“Non, je ne pense pas que ce soit pour se débarrasser de moi. Ils se seraient dits sinon que dans 6 mois, c’est 30 personnes avec un niveau pire que le mien que je fais venir en unités.”

Major D. – Formateur analyste signal
, , , ,

Nouvelle doctrine de dissuasion – l’invocation de Cthulhu, dernière étape avant les frappes nucléaires

C’est un changement important dans la doctrine de dissuasion française qui est en train d’être apporté avec la rédaction du prochain livre blanc de la défense. Les forces nucléaires, tant aériennes que navales, devront composer avec une graduation supplémentaire précédent les frappes préstratégiques et stratégiques.

La célèbre invocation « Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn » sera désormais dans la panoplie des possibles actions française en temps de guerre. Grâce aux DOM-TOM français dans le Pacifique, un réseau de haut-parleurs sera responsable de transmettre les paroles du président de la République au plus près du repère de la créature.

“La principale crainte avec ce changement, c’est que le président s’énerve lors de la tentative d’invocation et qu’il préfère passer directement à la frappe atomique.”

Bruno Tertrais – Politologue spécialiste géopolitique et stratégique

Certains parmi les analystes, dont Bruno Tertrais, craignent néanmoins que la prochaine passation de pouvoir entre présidents de la République dure plusieurs heures le temps de transmettre la prononciation exacte du texte. Une démonstration de la complexe formulation nous a été faite par le spécialiste entraînant quelques inquiétantes secousses du sol.

,

La DGSE renomme son siège à la caserne Mortier en caserne Hubert Bonisseur de La Bath

Installée dans les casernes des Tourelles et Mortier depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’actuelle Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) a décidé de changer le nom de son célèbre emplacement pour assurer encore plus son rayonnement.

Le nouveau nom est dorénavant la caserne Hubert Bonisseur de La Bath, ou ” Hub’ ” comme ont vite adopté désormais les agents travaillant sur place. Certainement un des représentants les plus emblématiques en provenance de ce temple de la discrétion.

“Ça reste une de nos représentations les plus réalistes, devant ‘Le Bureau des légendes’ mais derrière ‘Au service de la France. On s’en sort finalement bien comparé à la Garde Républicaine dont le bâtiment du chœur de chant a été renommé en Quartier Gregory Lemarchal.”

OT 1025 – DR/CT/N

Ce mouvement semble connaitre un certain succès et de nombreuses unités parmi les régiments d’infanterie. Beaucoup tentent de convaincre les États-majors de pouvoir rebaptiser leurs casernes actuellement aux noms de généraux de 1870 ou de 14-18 en Caserne Rambo.

,

La nouvelle frégate de Naval Group sera en boîtes de pâté Henaff recyclées permettant l’autoréparation en mer

La Base Industrielle et Technologique de la Défense (BITD) connait, grâce à la prochaine génération de frégate, un rapprochement entre deux entreprises chères au cœur de la Marine Nationale. Le géant de la construction navale, Naval Group, s’est associé au groupe de Pouldreuzic, Jean Hénaff SA, et ses 230 collaborateurs.

Les chaudronniers de ce nouveau navire de la Marine Nationale pourront désormais procéder à la soudure sur la coque, des boites vides récupérées à bord, en cas de dégâts ou d’usure en pleine mer. Alliant une augmentation dans l’efficacité par un souci écologique de recyclage.

“L’idée a été soumise à Naval Group après une inspection des cabines. On s’est rendu compte qu’avec toutes les boites retrouvées dans les effets personnels, on pouvait colmater 6m de brèche. On a dû quand même investir un peu plus dans l’aération à bord.”

Capitaine de Vaisseau Loïc G. – Ancien pacha du Forbin

Les premiers résultats sont satisfaisants tant au niveau de la solidité du bâtiment que par les économies réalisées. Néanmoins, lors de la présentation à la presse, il a été signalé que les ingénieurs rencontrent pour l’instant encore quelques difficultés pour pouvoir remplacer les vitres du commandement du navire par les pots de terrine en bocaux usagés.

, ,

Un légionnaire élu à l’Académie Française après avoir appris le français au 2e Régiment Etranger Parachutiste

C’est un nouvel occupant inattendu du siège n°16 de l’Académie Française qui fut élu par les membres de l’institution en ce vendredi 7 octobre. Le caporal Vladislav Sultanov, légionnaire étranger depuis 5 ans s’installe à la place de l’ancien combattant de la Libération, Valéry Giscard d’Estaing.

Ce titulaire d’un doctorat en légiolecte, militaire au 2e Régiment Etranger Parachutiste (2e REP) profitera de ses perms pour venir siéger à Paris et bénéficier des versements de jetons de présence et autres subsides gaspillés dans cet institut daté et sans fonction.

“Moi a vu Hélène Carrère d’Encausse. Secrétaire Général d’Académie. Elle dire, plus de bêtises géopolitiques et fautes français d’accord que moi. Content être académicien, maintenant je attendre grade caporal-chef.”

Vladislav Sultanov – Caporal 2e REP

Cette arrivée entraine de petites révolutions au sein de l’assemblé du Quai Conti. Pour la première fois depuis longtemps, un Immortel parvient à se déplacer seul dans l’hémicycle et aucune adaptation des hautparleurs n’a été nécessaire pour correspondre à la fréquence d’un nouvel aide auditif.

, ,