Erreur dans l’envoi d’obus d’artillerie offensifs en Ukraine par les États-Unis à la place des obus défensifs

Une erreur d’aiguillage entre containers s’est produite aujourd’hui sur la base du 62nd Airlift Wing dont les conséquences sont pour l’instant difficiles à évaluer. Alors que la livraison a été terminée, le commandement s’est rendu compte que le stock d’obus d’artillerie de 155mm promis à l’Ukraine avait été prélevé sur le stock de munitions offensif et non pas défensif.

Une fois les vérifications faites, le commandement de l’unité basé à Washington tenta de corriger le tir, sans succès à l’image de la balistique des munitions envoyées. Il ne reste plus qu’à voir quelle sera la capacité pour les forces ukrainiennes d’utiliser de manière défensive, ces obus.

“On avait écrit ‘viens me chercher’ sur les obus défensifs alors que là, il est marqué ‘on te l’apporte jusqu’à ton c..’ sur ceux envoyés. On espère qu’ils se montreront compréhensifs au point d’impact.”

Lieutenant-Colonel James F. – 62nd Airlift Wing

L’Allemagne n’a pas manqué de faire remarquer que limiter le soutien permet d’éviter de faire ce type d’erreur. L’ensemble de ses chars de bataille ayant reçu une configuration et des obus antichars défensifs.

, ,

Les tirs de contre-batterie sur les Invalides annulés pour les démonstrations de la Ste-Barbe, Ste patronne des artilleurs

Comme chaque année auront lieu début décembre dans toutes les unités d’artilleries, les célébrations de la Sainte-Barbe, sainte patronne des artilleurs. Le Musée de l’Armée n’est pas en reste ce jour-là avec un de leurs événements les plus prisés que sont les démonstrations de l’artillerie à travers les âges.

Avec le retour de la haute intensité et de l’importance renouvelé de cette arme, il a été proposé de faire des tirs de contre-batterie depuis les faubourgs de Paris en réponse aux démonstrations effectuées depuis la cour d’honneur du Musée. Une décision étonnante sachant que les tirs se font à blanc mais l’envie semble trop forte de sortir les radars de contre-batterie pour les faire tourner.

“C’est dommage de ne pas montrer le spectre total de nos capacités. On espère que notre demande démonstration de l’artillerie sol-air près d’Orly l’année prochaine sera traitée de manière plus apaisée.”

Capitaine Burbara – 40e Régiment d’Artillerie

Déçue de ce refus, l’artillerie tient malgré tout à montrer l’ensemble du spectre de ses compétences. Des ateliers cuisines seront organisés près des pièces exposées où seront faites les démonstrations des meilleures recettes de cuisine à faire à l’arrière pendant que l’infanterie court partout durant les exercices.

, ,

L’armée donne ses radars pour recyclage en plaque à induction géante lors des camps scouts

Dans le cadre de la participation aux actions écologiques, l’arme d’artillerie de l’Armée de Terre a trouvé un accord avec le mouvement de scoutisme français. Les radars seront désormais cédés pour recyclage en plaque chauffante tout terrain lors des sorties, randonnées et camps d’été.

Après un petit temps d’adaptation où les scouts découvrent les paramètres d’utilisation du radar en compagnie des opérateurs militaires, ces derniers sont disposés dans les locaux des jeunes, prêts à les accompagner lors des randonnées sur les chemins escarpés des montages.

“On a bricolé une petite dérivation depuis la barrière électrique du champ à côté. Quand on met les gamelles pour un camp de 30 scouts, les pâtes sont prêtes et chauffées en 18 secondes.”

Stéphanie “loutre bricoleuse” G. – Scout XVème Paris

À noter que suite aux lectures de manuels et bricolages par les différentes équipes scoutes, l’Armée de Terre a récupéré 2 des radars pour les remettre en service avec une capacité qui s’avère être plus importante que le successeur de la machine offerte.

, ,

Hués au Hellfest, ce groupe de métal se recycle dans les mauvaises BO de vidéos d’infanterie

Les conflits armés contemporains n’échappent étonnement pas à la mode de partage des vidéos pris sur le vif. Là où on pense que le secret des opérations limiterait cette nouvelle habitude, c’est au contraire un foisonnement de vidéos montrant une réalité de la ligne de combat. C’est également une source importante d’informations pour les chercheurs et analystes de la chose militaire.

C’est aussi en voyant ces vidéos que le groupe “Fucker of Metal Head Fucking” a décidé après une mauvaise réception de son concert sur une des scènes du Hellfest de participer à l’emballage musical de ces partages. Se contentant d’être saoul, il lance se lance dans une composition en live des morceaux pour permettre à l’ensemble des infanteries du monde entier de pouvoir habiller leurs vidéos d’une bande son immonde.

“On voit bien que l’on n’a pas le niveau pour faire de la bonne musique, alors on boit trop et mange de la nourriture qui nous rend malade pour être dans les mêmes conditions de travail que notre nouveau public, l’infanterie.”

Destructor Martichon – Chanteur des Fucker of Metal Head Fucking

C’est un gain de temps important pour le groupe qui n’a plus besoin de réfléchir lors de la composition de ses musiques. Juste saturer la bande son sur plusieurs heures permet de couvrir des heures de combats filmés. Il y a néanmoins un besoin d’écrire un peu de composition quand il s’agit d’illustrer les vidéos d’artillerie. “On nous a dit que c’était quand même des sensibles, alors on fait un peu plus attention à eux” nous a confié un membre du groupe.

, , ,

Etat de choc : Le matériel temporaire était bien temporaire

Il ne vous a pas manqué

Suippes – Le choc et l’incompréhension demeurent au sein de la 2ème batterie de tir du 40ème Régiment d’Artillerie stationné au cœur de la Champagne après ce nouveau passage au magasin de l’unité. En cette fin d’hiver, le but final de la visite étant la distribution d’un sac à dos neuf pour remplacer celui remis de manière temporaire.

Il y a 3 mois, il a été demandé au personnel de remettre les quelques sacs à dos en bon état afin que toute la batterie soit équipée d’un même ancien modèle qui sera une dotation temporaire selon l’habillement du régiment. L’échange fait une fois dans le bon ordre, l’ensemble des troupes à commencer à améliorer sa besace “temporaire” comme il en est de coutume.

Il n’est pas sans dire que cet événement du début décembre était déjà loin dans les esprits de la troupe quand l’ordre est arrivé d’aller chercher les nouveaux sacs promis.

“J’ai d’abord cru à une punition de la part du capitaine qui allait nous faire chercher des cailloux avec nos sacs vides mais une fois arrivés au magasin, beaucoup ont dû recevoir l’explication plusieurs fois comme quoi il fallait rendre le sac temporaire pour en avoir un neuf et définitif”.

Sergent S. – 2ème batterie du 40ème RA

Un retour d’expérience a été demandé au sein de l’Etat-Major de la 2e brigade blindée sur ce qui semble être une avancée majeure et un bouleversement dans l’utilisation du matériel dit “temporaire”. Une certaine prudence est demandée au sein des troupes, particulièrement pour continuer à maintenir en bon état de fonctionnement les réchauds temporaires de la dotation 1974.

, ,