Vendredi portrait : le soldat qui a vu un armurier sourire à la réintégration des armes

Dans notre rubrique “Vendredi portrait”, nous tentons chaque semaine de vous faire découvrir une personne peu connue mais essentielle à la bonne marche de nos armées ou sortant du lot. Pour cette semaine, nous avons rencontré Steven B., soldat au 5ème Régiment de Dragons qui assure avoir vu l’armurier en charge de la réintégration des armes après un exercice, sourire et être de bonne humeur.

Caporal Stratégique : Nous avons entendu parler de cet événement exceptionnel. Comment cela s’est passé ?

Steven B. : Nous étions comme d’habitude en train de faire la queue par grade pour rendre nos armes. Cela avançait assez vite, il n’y a que 4 caporaux et sergents qui ont signé dans la mauvaise case pour rendre le matériel. J’ai donné le numéro de mon arme et c’est là où j’ai vu l’armurier me sourire et me dire merci en reprenant mon HK. Je me suis retourné et j’ai vu dans les yeux de celui qui me suivait qu’il avait également vu la même chose.

Caporal Stratégique : Vous êtes sûr qu’il se sentait bien, ou que c’était bien l’armurier habituel ?

Steven B. : C’est bien lui, toujours ronchons quand on rend les armes car il va devoir faire la vérification. C’est un armurier. Je lui ai même dit “Bonne journée” et il a répondu, “A vous aussi. Bon repos”. Un léger sentiment de panique a commencé à parcourir les rangs parmi ceux qui finissaient de déposer les armes. On a beau faire des entraînements et des OPEX, nous ne sommes pas préparés à cela.

Caporal Stratégique : Comment vous sentez vous depuis cet événement ?

Steven B. : On se dit que tout est possible. Certains pensent qu’en allant à la Base de Défense où nous faisons la paperasse, on pourra y trouver du monde après 15h30. Cela donne des faux espoirs. On sent les attentes des hommes du rang qui pensent que lors du prochain exercice, tous les blindés démarrent sans même sortir une insulte. J’ai peur que cette vague d’optimisme insensée soit déçue.

, ,