Simulation de parachutisme en casques de réalité virtuelle. 5 soldats blessés en sautant de leurs chaises

C’est dans un domaine assez inattendu que la réalité virtuelle s’est désormais glissée. Au sein de la Brigade des Forces Spéciales Air, ces nouveaux matériels permettent désormais d’économiser des heures de vol en avion par les équipes des CPA10 et CPA30 qui l’utilise pour simuler les sauts en parachute depuis le sol.

Bien installés dans une salle, les commandos de l’air s’entraînent à sauter et à attendre l’arrivée au sol pendant quelques minutes selon leur altitude de largage. Immergés sous les lunettes VR, plusieurs soldats se sont jetés d’eux même depuis leur chaise où ils rencontrèrent le sol bien plus rapidement que ne laissait penser les écrans devant leurs yeux.

“Vous savez, quand vous faites des milliers de sauts, c’est un réflexe et c’est le plus important pour nous. Du coup, ce sera 15 pompes pour celui qui s’est le moins blessé en sautant de sa chaise avec peu de convictions.”

Commandant de la Brigade des Forces Spéciales Air

Les premiers essais se sont montrés concluants et des réflexions sont menées pour inclure les minutes de vol pour atteindre l’altitude de largage pour plus de réalisme encore. Tout ceci permettant de rester assis encore plus longtemps. Ne pensez pas que l’ensemble est trivial, l’exercice est ponctué par un clic de souris pour effectuer l’ouverture du parachute à l’altitude voulue.

, ,

Sélection commando : ne pas pleurer pendant l’ouverture du film “Là-haut” retiré des épreuves

Saint-Mandrier-Sur-Mer – Il a bien fallu se rendre à l’évidence, le Commandement des Opérations Spéciales (COS) est allé trop loin dans sa recherche d’excellence dans la maîtrise de soi. C’est ainsi que l’on vécut les stagiaires passant les sélections pour rentrer au célèbre Commando Hubert quand ils sont entrés, après 40km de “marche” faite en 4h, dans une salle de cinéma. Ils surent rapidement que bien pire les attendait.

Pensant obtenir un repos inattendu, les stagiaires ont commencé à voir les premières secondes du film “Là-haut” de Pixar apparaître sur l’écran. Tous ont compris que commençait l’épreuve de maîtrise des émotions. Bien qu’endurcie par 2 semaines de sélection, la première minute où l’on découvre que le couple ne pourra avoir d’enfants fit s’effondrer en larme une partie de l’assistance. C’est l’approche de la fin et de la séparation du couple dû à l’âge que les derniers aspirants commandos éclatèrent des sanglots retenus sur toute la séance.

“Nous pensions avoir trouvé une personne qui ait résisté au sein de la Brigade des Forces Spéciales Air mais le soldat avait oublié ses lunettes avant de sauter en parachute le matin et n’avait plus de larmes lors de la projection du film.”

Général Bertrand T. – Commandant de COS

Le commandement s’est bien rendu compte du niveau de difficulté demandé et va amender cette épreuve. La prochaine formation au CNEC de l’Armée de Terre comprendra à la place une épreuve double où il faudra se retenir de jeter une balle à un chien qui veut absolument jouer et ne pas caresser le petit chat dodu et ronronnant qui vient se frotter contre votre jambe. Preuve s’il en est que les armées françaises ne reculent devant rien pour mettre à l’épreuve ses meilleurs soldats.

, ,