Premiers essais d’envoi de naturopathes par les armées pour les soins aux combats

Le Service de Santé des Armées, conscient de l’intérêt de plus en plus fort du public pour les formes parallèles de soins, testera à partir d’octobre 2022 l’envoi de médecins alternatifs dans les hôpitaux de campagne.

L’expérimentation ne donnera pas lieu à un retour scientifique impossible selon les tenants de ces thérapeutiques naturelles. Néanmoins, pour s’assurer toutes les chances de leurs côtés, les médecins bios déployés ont choisi d’aligner les pierres de l’entrée des tentes médicalisées avec les esprits locaux pour permettre une meilleure intégration avec les âmes de soins du territoire où ils seront présents.

“Nous avons pris des personnes polyvalentes. Nous savons bien que la naturopathie ne suffit pas pour tout le spectre du combat. Nous embarquons aussi avec nous des gélules d’homéopathie -Obutax 60cc- pour traiter les blessures par éclats par exemple.”

Grégoire V. – Naturopathe de guerre

Une formation est également en cours pour les premiers soins au plus près des troupes avec des véhicules médicalisés comprenant un équipage composé d’un naturopathe, d’un homéopathe et d’un chamane sibérien afin de pouvoir couvrir l’ensemble du spectre des traitements nécessaires pour les soldats au contact de l’ennemi.

McKinsey pour les Armées : Le cabinet conseille dans un rapport à 1m€ de tirer sur l’ennemi

Versailles – Dans le cadre de la liberté d’accès aux documents administratifs, le Caporal Stratégique, via le CADA, a pu accéder au rapport commandé par les administrations concernant les Armées. Il a été demandé un plan d’action pour 1 million d’euros au désormais célèbre cabinet afin d’améliorer l’efficacité d’un domaine peu connu des politiques.

Nulle doute que ce rapport permettra aux forces armées d’améliorer leur efficacité. Nous publions en exclusivité les recommandations de ce rapport court et concis les recommandations en provenance des meilleurs consultants disponible.

, , , , , , , , ,

Thomas Pesquet inapte OPEX selon le médecin de la base

Nancy – Dans le cadre d’un déplacement auprès des troupes, Thomas Pesquet a eu rendez-vous au service médical de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey pour avoir sa certification lui permettant de se rendre sur les bases où opèrent les militaires français.

Reçu par le médecin du SSA (Service de Santé des Armées), ce dernier l’a mis inapte médical pour les OPEX. “J’ai trouvé au moins un souffle au cœur et l’IMC de ce Thomas Pesquet me semble suspect. Il n’a pas une forme physique suffisante pour partir ou faire une activité aérienne”.

“Je ne suis pas étonné. Depuis 5 ans, il a été trouvé 66% du personnel de la base, dont les pilotes de chasse, avec un souffle au cœur. Le pire est pour l’ensemble du club de musculation qui est considéré en obésité morbide par le service médical car disposant d’un IMC supérieur à 30”.

Navigateur anonyme au 1/3 Navarre

Étonné par ce résultat, Caporal Stratégique a demandé des précisions auprès du Service de Santé des Armées. Ces derniers ont indiqué qu’il ne pouvait se tromper et que les chiffres sont les chiffres et les stéthoscopes sont les stéthoscopes. Ils ont également souhaité une bonne chance à Thomas Pesquet, le SSA imaginant difficilement qu’il puisse faire une carrière dans un domaine éprouvant son physique.

, ,