L’Organisation Internationale du Travail autorise à poser des congés pendant les opérations sur le front

C’est une avancée sociale importante pour les armées du monde entier qui vient d’être voté au sein de l’Organisation Internationale du Travail (IOT) basée à Genève aujourd’hui. Depuis aujourd’hui, l’IOT indique que les militaires peuvent poser leurs jours de congés en toutes circonstances même durant les opérations extérieures (OPEX).

Il n’est plus impossible désormais pour les militaires sur le terrain de pouvoir faire une pause pour visiter les sites touristiques les plus proches de sa base d’opérations ou d’aller au si typique village traversé il y a 300km où la pudeur des habitants cachaient la joie de voir passer les visiteurs armés.

“Si ça devient la règle, il est évident qu’il faut l’appliquer. Par chance, on doit passer par le réseau Intradef pour les poser. Déjà que l’on n’arrive pas à l’avoir correctement en état-major sur les théâtres d’opérations, on devrait être tranquille pour les soldats en base avancée sur le terrain.”

Capitaine Jean M. – Officier gentil quand il est de bonne humeur

Néanmoins, la spécificité du travail militaire est prise en compte et l’IOT recommande à ce que ces congés soient posés avec un minimum de 4 jours de préavis. Ceci afin de “ne pas déconvenir à la planification des opérations”.

, ,

Sergent marabout Yoshua F. – Retour des munitions perdues, pièces détachées en moins de 48h, marché noir toutes OPEX…

C’est un sous-officier que vous trouverez dans toutes les unités de toutes les armées sans être d’une spécialité particulière, découvrez le sous-officier marabout. Sachant être discret, il a reçu l’esprit de la débrouille en se coupant le doigt avec un billet de 20€. Il obtient depuis tout ce qui est nécessaire pour le moral ou les opérations, mais personne ne veut savoir comment.

Souvent volontaire pour partir en opérations, vous le retrouverez en train de négocier des repas et desserts supplémentaires sur les bases avancées en échange de biens locaux ou de marchandise voulu par le personnel. Sur les bases OTAN, il saura vous retrouver les meilleurs parachutes dans les poubelles des différentes nations pour vous faire votre pare-soleil et hamac dans votre base avancée.

“On ne sait pas trop comment il se débrouille. On a tenté de savoir qui est son fournisseur de pièces pour réparer la voiture commandement qui ne marchait plus depuis 2 semaines mais on était trop pompette à cause du vin qu’il nous a déniché.”

Commandant J-B Toz – Cellule opération 02.003 Champagne

Créature mythologique, il arrive à faire gagner du poids à sa section et faire apparaître des boites de pâtisseries américaines dans les coins du campement lors de la relève par une autre équipe. Bonne chance à vous si vous le croisez, il parait qu’il porte chance.

, ,

Après 27 intoxications alimentaires, la ration de combat sushis abandonnée

C’est une belle expérience tentée par le commissariat des armées pour être dans l’air du temps qui finit mal. Pour sortir des classiques rougail de saucisses, parmentier de canard ou pour l’actuel plus exotique riz cantonais, l’économat des armées a essayé de créer une ration de combat avec des sushis en plat principal.

Il semble que malgré les avertissements des cuisiniers, la réglementation et l’habitude de donner les R.C.I.R. (Ration de Combat Individuelle Réchauffable) à des dates proches de leur limite de consommation de 2 ans aient entrainé ces contaminations lors d’une sortie d’aguerrissement des troupes de marine du 2ème R.I.Ma d’Auvours.

“On a tous été hospitalisé une dizaine de jours mais le médecin nous a indiqué que la contamination a été telle que ça nous fait le rappel fièvre jaune et tétanos.”

Caporal-Chef Damien J. – 2ème R.I.Ma

Cet essai refroidira certainement les envies d’innovation des cuisiniers et reviendra aux 14 grands classiques des rations de combat où les soldats s’arrachent le populaire fromage fondu qui s’appelle “fromage”.

, ,

Thomas Pesquet inapte OPEX selon le médecin de la base

Nancy – Dans le cadre d’un déplacement auprès des troupes, Thomas Pesquet a eu rendez-vous au service médical de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey pour avoir sa certification lui permettant de se rendre sur les bases où opèrent les militaires français.

Reçu par le médecin du SSA (Service de Santé des Armées), ce dernier l’a mis inapte médical pour les OPEX. “J’ai trouvé au moins un souffle au cœur et l’IMC de ce Thomas Pesquet me semble suspect. Il n’a pas une forme physique suffisante pour partir ou faire une activité aérienne”.

“Je ne suis pas étonné. Depuis 5 ans, il a été trouvé 66% du personnel de la base, dont les pilotes de chasse, avec un souffle au cœur. Le pire est pour l’ensemble du club de musculation qui est considéré en obésité morbide par le service médical car disposant d’un IMC supérieur à 30”.

Navigateur anonyme au 1/3 Navarre

Étonné par ce résultat, Caporal Stratégique a demandé des précisions auprès du Service de Santé des Armées. Ces derniers ont indiqué qu’il ne pouvait se tromper et que les chiffres sont les chiffres et les stéthoscopes sont les stéthoscopes. Ils ont également souhaité une bonne chance à Thomas Pesquet, le SSA imaginant difficilement qu’il puisse faire une carrière dans un domaine éprouvant son physique.

, ,