Hués au Hellfest, ce groupe de métal se recycle dans les mauvaises BO de vidéos d’infanterie

Les conflits armés contemporains n’échappent étonnement pas à la mode de partage des vidéos pris sur le vif. Là où on pense que le secret des opérations limiterait cette nouvelle habitude, c’est au contraire un foisonnement de vidéos montrant une réalité de la ligne de combat. C’est également une source importante d’informations pour les chercheurs et analystes de la chose militaire.

C’est aussi en voyant ces vidéos que le groupe “Fucker of Metal Head Fucking” a décidé après une mauvaise réception de son concert sur une des scènes du Hellfest de participer à l’emballage musical de ces partages. Se contentant d’être saoul, il lance se lance dans une composition en live des morceaux pour permettre à l’ensemble des infanteries du monde entier de pouvoir habiller leurs vidéos d’une bande son immonde.

“On voit bien que l’on n’a pas le niveau pour faire de la bonne musique, alors on boit trop et mange de la nourriture qui nous rend malade pour être dans les mêmes conditions de travail que notre nouveau public, l’infanterie.”

Destructor Martichon – Chanteur des Fucker of Metal Head Fucking

C’est un gain de temps important pour le groupe qui n’a plus besoin de réfléchir lors de la composition de ses musiques. Juste saturer la bande son sur plusieurs heures permet de couvrir des heures de combats filmés. Il y a néanmoins un besoin d’écrire un peu de composition quand il s’agit d’illustrer les vidéos d’artillerie. “On nous a dit que c’était quand même des sensibles, alors on fait un peu plus attention à eux” nous a confié un membre du groupe.

, , ,

Départ en manœuvre pour le 92RI afin de gouter une nouvelle gamme de saucissons

Bien qu’une partie du 92ème Régiment d’Infanterie est déjà en exercice en Lorraine, le commandement de cette unité ayant pour insigne Vercingétorix prépare déjà un nouveau déploiement. En effet, le Géant Casino à proximité de la caserne vient de mettre dans les rayons une nouvelle gamme de saucissons.

Les unités restantes sur place s’organisent pour une manœuvre de 3 jours sur le terrain afin de pouvoir goûter ces saucissons aux 3 poivres achetés en masse. La chaude météo oblige à une organisation spécifique lors des déplacements avec 2 VBCI disposant de conteneur frais pour conserver l’objet de l’exercice.

“On est obligé de partir en manœuvre dès que le Géant Casino à côté de la caserne sort une nouvelle série. On peut penser que cela nous prépare à la guerre surtout mais le but final est de s’assurer que nous y aurons les meilleurs saucissons.”

Caporal Frédéric S. – 2e Compagnie de combat mécanisée, dite “Les Gorilles”

Cette unité de retour de plusieurs mois au Mali a su conserver son professionnalisme même avec les conditions météorologiques difficiles du Sahara. Elle saura garder ce sérieux lors de la distribution des différentes charcuteries pour le repos en soirée après la journée sur le terrain.

, ,

Coupes budgétaires : L’armée recrute des punks à chiens pour économiser sur l’achat d’uniformes

Besançon – Malgré la période des élections, propice aux cadeaux électoraux, l’Armée de Terre doit “améliorer sa gestion” comme lui recommande chaque année Bercy pour pouvoir faire face aux menaces protéiformes présentes dans l’ensemble des spectres du combat contemporain. C’est grâce au CIRFA du Doubs qu’une excellente idée est parvenue.

Le choix initial permettait d’éviter d’acheter les uniformes, l’ensemble des nouveaux arrivant étant déjà équipé. Les frais de coiffeur lors de l’incorporation sont également limités au pire à la coupe de la queue-de-rat. L’Armée de Terre passe de bonnes surprises en surprises au niveau des économies.

“Ça change pas trop, on m’a mis dans l’infanterie, on marche toute la journée avec un gros sac puis on attend. En plus, le foyer m’a demandé à leur rapporter des 8.6 de mon fournisseur pour avoir des bières de meilleures qualités.”

Jeannot – punk a chien Galeries Lafayette côté Grande Rue

Le succès est tel que cela permis la création du 1er Régiment de Punk A Chien (1 RPAC). Tazer BOLONI, colonel commandant cette nouvelle unité assure que l’ensemble du spectre d’un régiment est présent. “Nous avons pu avoir une compagnie de reconnaissance capable de dormir 5 jours dans les bois et également une compagnie d’éclairage et d’appui grâce aux groupes des punks à chien qui savaient utiliser des bolas enflammés”

, ,