Vendredi portrait : Anarchiste et contre un monde organisé, il rejoint l’administration militaire

Dans notre rubrique “Vendredi portrait”, nous tentons chaque semaine de vous faire découvrir une personne peu connue mais essentielle à la bonne marche de nos armées ou sortant du lot. Pour cette semaine, nous avons rencontré Mikhaïl B., jeune anarchiste qui a choisi de rejoindre un poste d’administratif dans les forces.

Caporal Stratégique : Merci de nous recevoir pour cette interview. Avant de parler de votre travail, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Mikhaïl B. : J’étais ‘anar’ depuis mes 15 ans après avoir écouté du Saez. J’ai travaillé à l’école mais sans conviction car le système, c’est de la merde. J’ai vu quelques copains rejoindre le 1er RPAC (1er Régiment de Punk A Chien). Malgré ma formation, ça ne m’a pas tenté sur le coup.

Caporal Stratégique : Quel a été votre déclic ?

Mikhaïl B. : C’est vraiment quand j’ai fait ma Journée Défense et Citoyenneté que j’ai vu que ma pensée politique était beaucoup appliquée à l’armée. Il suffisait d’observer à quel point le marin et l’aviateur qui nous encadrait semblaient perdus face à toutes les consignes contradictoires ou non pratiquées que donnaient les terriens dans la caserne. J’ai vu l’envers d’un décor ce jour-là et il m’a plu.

Caporal Stratégique : Mais pourquoi les GSBdD (groupement de soutien de base de Défense) en particulier ?

Mikhaïl B. : Je voyais bien lors des JDC, la terreur des militaires quand ils évoquaient cet endroit. J’y ai tout de suite retrouvé une fois ici toute l’idéologie des exclus de la Ière Internationale. On a beau avoir des règles, c’est en fin de compte les échelons au plus bas qui les appliquent selon leur bon vouloir et leur compréhension. Notre programme n’a jamais été aussi bien pratiqué dans les Bases de Défense depuis Louise Michel.

, ,