JO 2024 : les sportifs militaires haut niveau demandent l’autorisation de la Minimi pour les épreuves de tirs

Les Jeux Olympiques d’été à Paris en 2024 approchent à grands pas et l’ensemble des sportifs se préparent pour participer à la plus internationale des compétitions. Les Armées ne sont pas en reste avec le programme SHDN (Sportifs de Haut Niveau de la Défense).

Bien que se focalisant principalement sur leurs disciplines, les personnes intégrées dans le programme sont également formées à quelques rudiments de la vie militaire. Profitant de la découverte de ce milieu, les tireurs sportifs ont pu manier la FN Minimi et constater la facilité à atteindre la cible en vidant une bande de 100 cartouches.

“C’est surtout une question d’habitude. Et avec les plus vieilles mitrailleuses, on tire au coup par coup. Ils devraient plutôt se plaindre de la demande du CPA20 dont les snipers suggèrent de mettre les cibles soient mises à 1000m”

Sergent Gael F. – Sportif haut niveau de l’Armée de Terre

D’autres sportifs demandent à profiter des apports de l’armée pour leurs épreuves dont ceux qui ont rejoint les régiments de cavalerie. Le comité olympique se montre très hésitant pour accepter la présence des VBCI pour les épreuves de courses montées.

, ,

Auteur/autrice : Caporal Stratégique

Caporal Stratégique, je suis du plus grand effet dans les Armées. Je n'ai jamais dit du plus bel effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.