14 Juillet – Pour fêter les 50 ans de patrouille nucléaire, un sous-marin descendra les Champs-Élysées

Le Triomphant sur roulettes pour le défilé des troupes motorisées

De nombreuses rumeurs courraient cette année concernant les troupes mises à l’honneur au vu du nombre d’anniversaires à célébrer pour le défilé 2022. Nous apprenons aujourd’hui que le choix le plus fort aura été la mise en avant de la Force Océanique Stratégique qui fête les 50 ans de la première patrouille SNLE (sous-marin lanceur d’engins [nucléaires]).

Premier de la classe actuelle des SNLE français, c’est au Triomphant que revient l’honneur de défiler à Paris devant les Français lors du tableau des troupes motorisées. Ceci au terme d’un long voyage depuis Brest où les 12500 tonnes du submersible auront parcouru la route des vacanciers non sans poser quelques problèmes au péage de St-Arnoult.

“La Seine n’étant pas assez profonde, nous l’avons fait rouler depuis Brest pour le faire passer sous l’Arc de Triomphe. Ça passe à 2m près mais par sécurité, nous allons mettre des petits bouts de polystyrène avant le défilé pour limiter les risques sur le monument.”

Vice-amiral d’escadre Jean-Philippe Chaineau – Commandant de la Force océanique stratégique

La Marine Nationale espère ainsi rattraper de manière grandiose l’absence durant 142 ans de ses navires lors du défilé militaire national. Nous noterons aussi la présence des communications de l’armée (DIRISI) qui fourniront également du WiFi à bas-débit durant la descente des Champs-Élysées.

, , ,

Révélation : Les SNLE sont en mer 6 mois pour éviter de laisser les marins trop longtemps à Brest

Brest – C’est un élément important de l’efficacité de la dissuasion nucléaire qui a été dévoilé récemment par le commandement de l’Île-Longue au Caporal Stratégique. Nous savions déjà que les patrouilles des SNLE français durait approximativement 6 mois mais la raison n’est pas technique contrairement à ce que nous pensions.

Pour préserver le moral et la concentration du personnel de la Marine Nationale basé à Brest, une rotation régulière est prévue à bord des SNLE afin d’éviter de laisser les marins rester trop longtemps dans la sous-préfecture du Finistère. Détruite en grande partie durant la Seconde Guerre Mondiale, elle a fait la part belle au béton, matériau noble de l’époque, pour sa reconstruction.

« Dès que je suis à bord, nous avons le droit à des couleurs vertes sur nos écrans, les tuyaux rouges de secours dans le bâtiment ou l’ambiance bleu de la mer. C’est plus reposant que de devoir distinguer les nuances de gris des bétons sur le ciel nuageux »

Kaelig Le Bihan – Second maître à bord du Vigilant

La France peut s’enorgueillir d’avoir dans ces rangs de tels héros qui savent rester dans ce bout de terre pour la sauvegarde de la Nation. « Nous avons un devoir moral envers ces personnes qui donnent beaucoup d’eux même et nous sentons bien la nervosité à bord quand on se rapproche de la fin d’une tournée en mer » a avoué sous couvert d’anonyme l’un des Pacha des SNLE.

, ,