Stéphane Bern promu général après sa prestation dans le téléfilm de France 2

C’est un nouveau tournant dans la carrière militaire pour le parrain du 40e Régiment de Transmission et le colonel de Réserve citoyenne de la Garde Républicaine avec cette promotion au grade de général de brigade de l’Armée de l’Air. Résultat logique pour l’animateur de France 2 après sa prestation dans le film “Pour l’honneur d’un fils” diffusé le 25 aout 2022 à la télé. Une fiction ayant fait forte impression dans la sphère militaire, également appelée #bagarrosphère.

L’affable animateur, tant derrière que devant la caméra, pourra prendre son poste dès qu’un château lui aura été affecté au plus près de l’État-Major qu’il aura choisi. La préférence allant pour l’instant pour la Brigade Aérienne d’Appui et de Projection (BAAP) basée à Orléans, à proximité des châteaux de la Loire et avec un insigne des plus amusant.

“Nous avons bien regardé le téléfilm de France 2 et on s’est rendu compte qu’il avait l’air moins perdu que certain de nos généraux à leurs postes. En plus, il arrive à l’heure au travail, l’incorporation allait de soi.”

Daniel S. – DRH Armée de l’Air et de l’Espace

La rédaction de Caporal Stratégique ayant eu l’occasion de travailler, de loin, avec l’amateur d’histoire, nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance dans sa nouvelle mission et lui rappelons que le sport est obligatoire pour tous le jeudi matin sur les bases aériennes.

, ,

Militaire complotiste, il est persuadé qu’un groupe de généraux prennent les décisions dans les armées

C’est une nouveau moment d’ “éveil” pour l’ensemble des complotistes, en particulier ceux présent dans les forces armées. En se réinformant, beaucoup pensent avoir percé un lourd secret dans l’organisation militaire. Il semblerait que des généraux se réunissent de temps en temps pour prendre des décisions qui seront ensuite appliquées jusqu’au soldat.

De nombreux indices mènent les personnes réinformées ont de plus en plus d’indices en ce sens. Ils pensent également trouver leur lieu de réunions secret qui serait en région parisienne, parfois même dans un bunker. Ces éléments sont pour l’instant partagés entre initiés avant d’être rendu publique.

“Je suis sûr, les gars en haut lieu, ils prennent des décisions et sans s’en rendre compte, y a tout le monde qui les suit. C’est un complot mondial, je suis sûr qu’ailleurs c’est pareil.”

Bernie Noël – 2ème classe 45ème Régiment d’Infanterie

Depuis, de nombreux complotistes tentent de rentrer dans les armées pour aider à dévoiler ce mystère supplémentaire mais une grande majorité se fait réformé à la visite médicale psychiatrique où ils sont découvert comme P4.

,

Mise en place pour les officiers de la carte de fidélité pour obtenir la Légion d’Honneur

C’est un geste de transparence de la part de la Chancellerie de la Légion d’Honneur pour permettre aux officiers, en particulier les “directs” [sortant de l’école d’officiers principale] de connaitre leur avancement vers l’obtention de la Légion d’Honneur une fois au grade de colonel. Cet petite carton de format carte bleue sera distribué à la fin de chaque promotion pour permettre le suivi RH.

Chaque année lors des notations, l’officier devra présenter cette carte à la fin de l’entretien pour faire tamponner une case de plus. Au bout d’un certain nombre d’années, la Légion d’Honneur est ainsi remis automatiquement si aucune bêtise n’entache le parcours du soldat.

“Cette carte permet d’être plus transparent pour la remise automatique de la Légion d’Honneur à l’obtention du grade de Colonel. On ne doute pas qu’il y a quelques tentatives de fraudes avec des tampons de kebabs ou sushis mais on arrive presque à tous les détecter.”

Gilbert A. – Conseiller de l’ordre de la Légion d’honneur

Pour continuer avec la transparence demandée, les strates supérieures fournissent les indications pour éviter de rater un coup de tampon. L’armée sera intraitable entre autres sur les points suivants :

  • Déplaire à un général de passage
  • Faire une bourde lors d’un passage télé
  • Condamner trop de soldats devant l’être mettant à mal la RH

La perte de matériels couteux ou une mauvaise gestion de projets nationale n’ont pas été mises dans la liste des points importants.

,

Affaires sensibles sur France Inter – Fabrice Drouelle raconte la recherche du mug perdu de l’adjudant-chef de l’atelier maintenance

La célèbre émission de France Inter sur les affaires qui ont marqué leurs temps s’intéresse cette semaine au quotidien des militaires. Après investigation des équipes de la radio publique, il semble que l’affaire qui ait le plus marqué le 501ème Régiment de Chars de Combat cette dernière année est un moment dont vive toutes les unités mécanisés.

C’est ainsi que la couverture de l’émission du jour sera sur la perte du mug favori de l’adjudant-chef des ateliers début mars 2022. Cet épisode à mobilisé l’ensemble du personnel technique de l’unité pour chercher où pouvait se trouver le contenant si cher au responsable d’atelier.

“Nous avons hésité à faire une émission dessus mais on nous a racontés comment l’adjudant-chef a passé une semaine à chercher et à accuser toute la caserne. Cela fait partie du quotidien de nos armées. Le suspense est d’autant plus présent que le mug était au dernier étage de son armoire.”

Fabrice Drouelle – France Inter – France 2 – Théâtre Tristan Bernard – Edition Robert Laffon – Vos soirées en famille s’il y a un excellent plat de lasagne

La seconde partie de l’émission sera une interview du lieutenant en charge de l’unité qui, malgré le dénouement heureux de cet épisode, ne comprend toujours pas comment on n’enseigne pas en école d’officier à gérer un événement apparemment si grave pour les équipes.

, ,

Sergent marabout Yoshua F. – Retour des munitions perdues, pièces détachées en moins de 48h, marché noir toutes OPEX…

C’est un sous-officier que vous trouverez dans toutes les unités de toutes les armées sans être d’une spécialité particulière, découvrez le sous-officier marabout. Sachant être discret, il a reçu l’esprit de la débrouille en se coupant le doigt avec un billet de 20€. Il obtient depuis tout ce qui est nécessaire pour le moral ou les opérations, mais personne ne veut savoir comment.

Souvent volontaire pour partir en opérations, vous le retrouverez en train de négocier des repas et desserts supplémentaires sur les bases avancées en échange de biens locaux ou de marchandise voulu par le personnel. Sur les bases OTAN, il saura vous retrouver les meilleurs parachutes dans les poubelles des différentes nations pour vous faire votre pare-soleil et hamac dans votre base avancée.

“On ne sait pas trop comment il se débrouille. On a tenté de savoir qui est son fournisseur de pièces pour réparer la voiture commandement qui ne marchait plus depuis 2 semaines mais on était trop pompette à cause du vin qu’il nous a déniché.”

Commandant J-B Toz – Cellule opération 02.003 Champagne

Créature mythologique, il arrive à faire gagner du poids à sa section et faire apparaître des boites de pâtisseries américaines dans les coins du campement lors de la relève par une autre équipe. Bonne chance à vous si vous le croisez, il parait qu’il porte chance.

, ,

Histoire : 1982 – le soulèvement des majors suite à la limitation du vin au mess

Notre journal participe également à rappeler les différentes petites histoires dans celle, grande, des Armées. En coopération avec le Service Historique des Armées (SHA), nous ouvrons notre premier épisode sur le grand soulèvement des majors suite à la première tentative de modération du vin dans les Armées.

Les années 80, bien que caractérisées par le côté fric et drogue, ont également connu les premiers mouvements de limitation des addictions tels que la cigarette ou le vin dans la sphère publique. C’est ainsi que le ministère de la Défense de l’époque demanda à limiter à 6 le nombre de verre de vin par repas au mess. Déclenchant immédiatement la fronde des majors comprenant encore ce qui se passe autour d’eux.

“On ne comprend pas. On nous dit de prendre soin de notre santé et de s’hydrater et on nous limite après. J’ai fait la Seconde Guerre mondiale, moi monsieur ! J’ai défait les nazis, incorporé le 7 mai 1945 ! Oui monsieur !”

Jean “Jean-Jean” JENPPEROU – Major supposément en charge du magasin du 21ème RIMa (1982)

Par chance, beaucoup cachaient déjà de quantité importante de bouteilles de pastis dans leur bureau ou faisait un premier apéro pour fêter la mi-journée avant d’aller prendre l’apéro au bar du mess limitant d’autant les moments sans alcool. La génération suivante des adjudants-chefs a pu grâce à une meilleure forme physique, respecter cette limite des 6 verres de vin par repas.

, ,

Le Major encore 1er devant l’Adjudant-Chef au concours de nostalgie à la caserne de gendarmerie

Le vendredi 6 mai à eu lieu pour le capitaine Blaise F., commandant d’escadron au sein de la brigade départementale de gendarmerie des Vosges, le déjeuner coutumier avec le plus ancien major et son adjudant-chef dans le restaurant Le Petit Stéphanois à St-Etienne-les-Remiremont. Ce repas se transformant régulièrement en compétition de nostalgie entre les 2 sous-officiers.

Cette fois-ci, à peine le médaillon de veau sauce aux morilles servi au major, ce dernier fit une ouverture en félicitant la serveuse d’avoir un endroit où l’on peut bien manger comme avant. L’adjudant-chef rebondit grâce à sa noix de joue de porc confite en disant qu’on peut rester sur du classique bien qu’il préfère le traditionnel. Le capitaine accordant le premier point à l’adjudant-chef.

Le moment décisif de ce match, qui se joue en dehors du service, a été l’arrivée du vin avec le plat du capitaine. Cet événement coupant l’élan de l’adjudant-chef voulant se plaindre des installations qui n’était plus si solide. La bouteille de pinot noir présenté était bien un vin local de Moselle mais ce dernier était issu de l’agriculture biologique.

“L’adjudant-chef a failli gagner en déplorant que le vin était bio. Le major a su rebondir immédiatement en faisant remarquer que les vins locaux ont gagné 2% d’alcool de plus en 10 ans. J’ai dû accorder un double point pour l’aspect technique de l’intervention.”

Capitaine Blaise F. – Commandant d’Escadron de Gendarmerie

C’est ainsi que s’acheva l’échange de ce mois-ci par une victoire sans contestation du major déjà tenant du titre. La capitaine Blaise F. nous confirma que c’était un échange bref mais intense. Il s’attend à un match plus classique sur l’idée que les jeunes soient moins bons désormais mais connaissant les dossiers durant la jeunesse des deux protagonistes, il est possible que la faute soit sifflée pour toute utilisation de cet argument.

, ,

Vendredi portrait : le commandant qui fait de brefs discours aux cérémonies

Dans notre rubrique “Vendredi portrait”, nous continuons à mettre en valeur les personnels méconnus au sein de armées, dont ceux qui sont considéré comme des légendes tellement peu de gens les ont croisés. Nous avons le plaisir de recevoir le Général de Brigade Aérienne Julien S., dont le discours de remerciement pour son passage aux étoiles n’a duré que 1 min 22 !

Caporal Stratégique : Bonjour Mon Général, nous avons cru au début à une plaisanterie qui nous était faite mais il semble que vous êtes un des rares commandants qui fait de bref discours ?

Général de Brigade Aérienne Julien S. : C’est vrai.

Caporal Stratégique : Vous devez êtes apprécié lors des couleurs et des soirées avec buffet ?

GBA Julien S. : Totalement.

Caporal Stratégique : Vous prenez des dispositions particulières lors des couleurs où la pluie s’invite ?

GBA Julien S. : Je fais plus bref.

Caporal Stratégique : C’est étonnant cette capacité à aller directement au but. Ce n’est pas gênant si vous étiez à la tête d’un centre d’étude par exemple ?

GBA Julien S. : C’est apprécié. Pour le discours fait synthèse.

Caporal Stratégique : Un dernier mot pour conclure ?

GBA Julien S. : Bien sûr. Mon travail, qui porte sur la brièveté dans les discours, s’inscrit dans la continuité des recherches portant sur la rhétorique antique et des travaux contemporains. Que ce soit dans la poétique, le discours militaire ou l’engagement politique, c’est autant de base qui parlent à tout orateur. De fait, si l’examen des théories rhétoriques antiques, et en particulier cicéroniennes, de la brièveté, est indispensable pour comprendre et lire la brièveté de l’orateur, le renouvellement de la notion par la poétique moderne ne peut qu’enrichir notre lecture de sa prose. En dressant un état des recherches sur la notion de brièveté, nous ne pouvons qu’avoir envie de parcourir l’histoire de la notion dans les rhétoriques dont s’est nourri Cicéron mais également l’idée que s’en font les députés tant sous la monarchie parlementaire français ou la IIIème République qui a suivi. Au terme de ce parcours, cette lecture l’aide à la compréhension des concepts du discours moderne, développe et explicite les intuitions qu’a pu avoir la rhétorique, à travers notamment les notions de quidam cantus obscurior ou d’actio. Une telle lecture de la brièveté n’est pas sans conséquences pratiques : elle peut en effet ouvrir sur une rhétorique de la traduction, qui prenne en considération cette brièveté. C’est pourquoi nous je propose, à la fin de ce bref travail d’introduction…

, ,

Pour limiter les dégâts, les Russes fixent à un seul, le nombre de généraux par colonne d’assaut.

Moscou – Comme dans tout conflit, la guerre russe en Ukraine oblige à adapter les tactiques selon l’environnement rencontré par rapport à ce qui a été prévu initialement. C’est ainsi qu’à la date d’écriture de cet article, 22 généraux et commandants d’unités sont déjà mort en zone ennemi.

Ce chiffre inhabituel, approchant les 14 généraux français tués entre le 22 aout 1914 et le 25 septembre 1914, ne peut qu’entrainer un changement de doctrine dans l’utilisation des forces. C’est ainsi qu’il a été décidé de limiter à un seul général par colonne d’assaut, blindé ou d’infanterie, le nombre affecté lors des attaques face aux forces ukrainiennes.

“On pensait que c’était une bonne idée, ils sont généraux donc forcément plus intelligents. Il allait nous apprendre ce qu’il faut faire. Mais en perdre autant, ça pose un problème d’image parait-il”.

Sergent Ivan K. – 28ème Armée Mécanisée

C’est avec regret qu’ont dû être débarqué de leur T-80, 2 des 3 généraux d’un T-80, camarades de chambrée à l’Académie militaire de l’état-major général. Ces derniers se faisaient une joie d’aller attaquer l’Ukraine avec un char qu’ils avaient achetés eux-mêmes avec l’argent détourné sur les soldes de leurs subalternes.

, ,