La DGA développe une IA permettant aux robots-soldats de pouvoir faire aussi des blagues graveleuses

La DGA, en charge des programmes d’armements pour les armées a toujours cherché à se positionner en pointe dans les programmes d’armements tout en s’assurant de leurs bonnes intégrations dans les forces. La capacité d’interaction avec l’humain étant un élément important en ce sens.

Dans le cadre du développement des futurs robots utilisés par les armées, la DGA a insisté auprès des constructeurs pour que ceux-ci soient à même d’être en mesure de faire des blagues graveleuses lors des échanges avec les militaires auxquels il vient en aide. Des centaines d’heures d’écoute dans les bars de compagnie, d’escadron et de navires ont permis l’apprentissage de ces machines.

“Nous rencontrons de grosses difficultés pour les blagues à base de bière, le robot étant réticent par rapport aux risques sur ses circuits. C’est définitivement un aspect où l’humain garde sa supériorité sur la machine dans le monde militaire”

Ingénieur en chef (Colonel) Gérard Adriaan – Programme IA

Les machines sont malgré tout en train de développer leur propre humour tel que “Le froid, c’est qu’une information de mon capteur de température” ou le classique “Ça va bien se passer tant que l’ensemble des processus ne plantent pas”. Des heures de rires auprès de la ligne de front attendent nos militaires grâce à nos meilleurs ingénieurs.

,

DGA : Programme d’armement abandonné par défaut de surcoût

Paris – En ces temps de crises, voici une nouvelle dont se serait bien passé l’Ingénieur général de seconde classe Hervé M. en arrivant à son bureau à la Direction Générale de l’Armement (DGA) ce jeudi matin. La société TeKNipeu, spécialisé dans les équipements de bord des avions de combat a validé les tests et la facture initiale pour la recherche et la commande d’équipement de sécurité.

Marouane Z., dirigeant de l’entreprise et ingénieur de son état, est perdu dans les différentes démarches demandés. “Nous maitrisions cette technologie avant de vouloir la vendre. On s’est contenté de donner le délai raisonnable de fabrication et de livraison, nous ne connaissions pas ces besoins de surcout pour ce premier contrat avec la DGA”. Des négociations sont en cours avec la DGA-Technique aéronautique pour au moins fournir le matériel avec retard afin de sauver le contrat.

“Par chance, ils ont accepté d’être en retard dans la livraison du matériel. Nous risquions sinon d’avoir une enquête interne pour ce grave dysfonctionnement”

IG2A Hervé M.

Pour éviter de tel déboire dans le futur, TeKNipeu s’est rapproché de cabinets de consultants travaillant habituellement avec les grands groupes d’armements. Cette coopération permettra d’augmenter les prix de vente au-delà du raisonnable et prévoir des délais de livraisons en accord avec les standards de retards des industries de Défense.